• Tout donateur peut bénéficier d'une réduction d'impôt égale à 66% du montant de son don retenu dans la limite de 20% de son revenu imposable. Toutefois si le don excède 20% du revenu imposable du donateur, l'excédent peut être reporté sur les cinq années suivantes (articles 200 et 200 bis du Code Général des Impôts).

    • Pour payer moins d'impôt, un particulier peut effectuer une transmission temporaire d'usufruit de certains de ses biens au profit de fondations ou d'associations reconnues d'utilité publique, ou d'établissements d'enseignement supérieur ou artistique à but non lucratif agrées.

    • Lorsque les abattements légaux ne suffisent pas à exonérer les héritiers du paiement des droits de succession, ceux-ci peuvent bénéficier d'un abattement supplémentaire par la remise d'une partie de la succession sous forme de dons en numéraire ou en nature à une fondation reconnue d'utilité publique, à l'Etat ainsi qu'aux régions, départements, communues, à leurs établissements publics hospitaliers et centres d'action sociale.

    • La dation est un acte exceptionnel qui permet d'acquitter des droits de succession, de mutation, ou encore l'ISF, par la remise à l'Etat d'oeuvres d'art, livres, objets de collection, documents de haute valeur artistique ou historique. C'est un système équitable qui permet au contribualble d'éteindre sa dette et à l'Etat d'enrichir les collections publiques.